Le cas d'un ancien élève après la libération de la Belgique

Après le débarquement en Normandie, les plans pour la reconstitution de l'Armée belge entrent dans une phase décisive.  Le 17 janvier 1944, le gouvernement belge en exil à Londres signe un accord avec le War Office britannique et, le 25 juin 1944, un accord similaire avec le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF) afin que six bataillons de fusiliers et six bataillons de pionniers soient créés à la libération de la Belgique. Suite à un problème de garde au niveau des lignes de communication, cet accord est élargi en septembre 1944 à douze bataillons de fusiliers et six bataillons de pionniers. Dès la libération de la Belgique, un appel est lancé aux volontaires et des bureaux de recrutement sont ouverts dans le pays en vue de remplir ces bataillons. Sur base d'une majorité des volontaires issus de la Résistance, les six premiers Bataillons de Fusiliers, numérotés de 1 à 6, sont constitués entre le 7 et 11 octobre 1944 et mis à la disposition, dès la mi-décembre 1944, du 21ème Groupe d'Armées britannique et du 12ème Groupe d'Armées américain (comprenant les 1ère, 3ème et 9ème Armées américaines).

Fin 1944, comme l'avance alliée piétine à différents endroits et la guerre dure plus longtemps que prévu, le SHAEF demande, le 1 décembre 1944, à la Belgique de fournir des troupes supplémentaires afin d'assurer la garde et la surveillance des lignes de communications. Pour répondre à cette demande, 91.000 volontaires et appelés sont levés et on prévoit la création de soixante-sept bataillons de fusiliers, ainsi que des unités de génie et de pionniers, de transport, de déminage et autres, soit un total de 142 unités, connues sous le nom de "Liberated Manpower Units [LMU]".

Soixante-deux bataillons de fusiliers, des soixante-sept prévus, sont créés, dont trente-neuf avant la fin des hostilités en Europe. Ils sont placés sous commandement britannique et américain, principalement pour des missions de garde et défense de la zone arrière en Belgique et en dehors du pays, bien que certains participent activement aux combats aux côtés d'unités américaines, britanniques et canadiennes.

Né à Aix-la-Chapelle le 5 février 1926, fils de René Gennart de la 79ème Promotion Artillerie et Génie, Paul Gennart est actif dans la Résistance et s'engage comme volontaire de guerre au 16ème Bataillon de Fusiliers en 1944. Ce bataillon, intégré au sein de la 1ère Armée américaine, traverse le Rhin le 15 mars 1945 via un pont flottant à Linz. Une semaine plus tard, les troupes américaines lancent une offensive depuis la tête de pont de Remagen pour encercler la Ruhr par le sud. Le 16ème Bataillon est alors utilisé pour sécuriser les vastes régions non explorées par les blindés américains. Au moment de la capitulation, le 8 mai 1945, le 16ème Bataillon de Fusiliers se retrouve en Thuringue, d'où il doit se retirer pour laisser la place aux Russes. Le Bataillon descend jusqu'aux environs de Nüremberg, avant de rentrer en Belgique.

Paul Gennart suit une formation d'officier à l'École d'Infanterie, à l'époque encore à Tervuren, en 1945-1946, et à l'École d'Artillerie à Helchteren en 1946. De 1946 à 1949 il sert au 2ème Régiment d'Artillerie à Köln-Dellbrück et au 1ier Régiment de Parachutistes à Tervuren et Leopoldsburg. Il est incorporé à l'Ecole militaire au sein de la 104Aème Promotion polytechnique (104A Pol) le 1 décembre 1949. Premier de sa promotion pendant tout son séjour à l'école, il termine ses études le 10 janvier 1955 avec une moyenne invraisemblable de 17,27 sur 20. Le ministre de la Défense nationale, Antoon Spinoy, le félicite "pour les brillants résultats qu'il a obtenus et son assiduité au travail".

Capitaine à la sortie de l'école, il est d'emblée désigné comme répétiteur de mathématiques. En juillet 1959 il obtient le diplôme du grade de licencié en sciences mathématiques à l'ULB avec la plus grande distinction. Il est nommé chargé de cours civil en août 1962 et professeur en septembre 1966. En tant que chef de la chaire de mathématiques, il dirige, d'une main de maître, la mise en place du Centre de Calcul de l'Ecole. Homme modeste et particulièrement aimable, excellent professeur hautement respecté par ses élèves et admiré par ses collègues, il devient Directeur des Études le 1 avril 1985. Il est admis à l'éméritat le 1 septembre 1991 et se consacre aussitôt à la conservation de l'héritage historique de l'école. Il s'éteint le 6 avril 2018.

 

Oudleerling

Nouvelles historiques

CHE

Un lanceur d’alerte à l’École Militaire

Dans la période d’entre-deux guerres, le début et la fin des périodes de cours des deux premières années de l’École Militaire sont annoncés de manière automatique par une cloche, mais celle-ci ne pénètre apparemment pas dans les locaux de l'École d'Application.

Dagplanning 1901

La formation des officiers est-elle aussi difficile qu'il y a 120 ans ?

C'est une vie que beaucoup d'étudiants qui étudient dans des universités civils ne peuvent pas s'imaginer, mais pour nous, c'est la réalité. Bien que ce programma soit encore plus serré...

Kantine 108 POL

24 mai 1951 : un cocktail dansant à l'ERM

Le jeudi 24 mai 1951, la directrice des clubs BELAAC organise pour les élèves de l'ERM un cocktail dansant dans la salle de jeux (rez-de-chaussée du bloc D) de 20 Hr à minuit. La tenue de ville est de rigueur.

WOII

L'ERM pendant la Deuxième Guerre mondiale

Le 8 mai, il y aura 75 ans que la Belgique a été libérée de l'occupation allemande. Nous nous retournons sur le déroulement de la Seconde Guerre mondiale pour l'École Royale Militaire.

Bal

23 avril 1955 : le bal de l'ERM

En 1955, le bal de l'ERM a lieu le 23 avril au grand auditoire du bloc B (pour les VIP) et dans les quatre grandes salles du bloc D (pour les élèves et leurs familles).