Histoire

Bref aperçu historique

Peu après l'indépendance de la Belgique (1830), le Roi Léopold I ayant lui-même servi comme officier à l'armée russe et ayant combattu les troupes de Napoléon, se rend compte du besoin d'un corps professionnel d'officiers. A cette époque, des tensions entre la Belgique et les Pays-Bas subsistent, un traité de paix n'ayant pas encore été signé. Le besoin d'officiers bien formés s'impose. Le Roi Léopold I ayant une grande admiration pour l'École Polytechnique française, le lieutenant-colonel Jean-Jacques Edouard Chapelié, ancien élève de cette Ecole, est chargé en 1834 de l'instauration d'une école pour la formation des officiers belges. Celui-ci devient donc le premier commandant de l'École Militaire belge.

Au début, les élèves de l'école assistent aux cours à plusieurs endroits au centre de Bruxelles. L'état-major de l'école est, lui, installé dans une grande maison de maître située rue de Namur.

Après un passage par l'abbaye de la Cambre de 1874 à 1909, l'école déménage vers son site actuel de l'Avenue de la Renaissance. Entre 1994 et 2010, son infrastructure est entièrement renouvelée dans le respect des valeurs historiques.

Nouvelles historiques

Dagplanning 1901

La formation des officiers est-elle aussi difficile qu'il y a 120 ans ?

C'est une vie que beaucoup d'étudiants qui étudient dans des universités civils ne peuvent pas s'imaginer, mais pour nous, c'est la réalité. Bien que ce programma soit encore plus serré...

Kantine 108 POL

24 mai 1951 : un cocktail dansant à l'ERM

Le jeudi 24 mai 1951, la directrice des clubs BELAAC organise pour les élèves de l'ERM un cocktail dansant dans la salle de jeux (rez-de-chaussée du bloc D) de 20 Hr à minuit. La tenue de ville est de rigueur.

Oudleerling

Le cas d'un ancien élève après la libération de la Belgique

Paul Gennart suit une formation d'officier à l'École d'Infanterie, à l'époque encore à Tervuren, en 1945-1946, et à l'École d'Artillerie à Helchteren en 1946. De 1946 à 1949 il sert au 2ème Régiment d'Artillerie à Köln-Dellbrück et au 1ier Régiment de Parachutistes à Tervuren et Leopoldsburg. Il est incorporé à l'Ecole militaire au sein de la 104Aème Promotion polytechnique (104A Pol) le 1 décembre 1949. Premier de sa promotion pendant tout son séjour à l'école, il termine ses études le 10 janvier 1955 avec une moyenne invraisemblable de 17,27 sur 20. Le ministre de la Défense nationale, Antoon Spinoy, le félicite "pour les brillants résultats qu'il a obtenus et son assiduité au travail".

Le musée de l'ERM

Le musée de l'École Royale Militaire a été officiellement inauguré le 23 septembre 2011. Le musée est ouvert aux visiteurs intéressés aussi bien internes qu’externes à la Défense. Le curateur est monsieur Marc Beyaert.

Le Collège de Défense

Le Collège de Défense a la responsabilité du processus intégral de la formation continuée des officiers au sein de la Défense.

1834

Les officiers d'état-major sont formés à l’École Militaire à l’issue de leurs études générales.

1991 L'IRSD déménage dans l’ancienne École des Cadets, dans le Quartier Sainte-Anne à Laeken, entièrement rénové.
1869 (2 novembre) L’École de Guerre est créée, par Arrêté Royal, en tant qu'institution autonome. Elle reste cependant rattachée administrativement à l’École Militaire. 1998 La dissolution de l’École des Administrateurs militaires engendre une nouvelle tâche pour l’Institut: la formation des "administrateurs militaires" (MAB).
1872 L'École de Guerre devient totalement indépendante et passe sous la tutelle du Ministre de la Guerre. 2006

Le site de Laeken ferme ses portes, l’IRSD est dissous en tant que tel et la mission de la formation continuée est confiée à l’ERM. (Direction de la Formation Continuée).

L’IRSD quant à lui reçoit en 2006 une nouvelle orientation dans le domaine de la politique de sécurité et de défense et dans le domaine de la recherche scientifique et technologique. Il organise également les Hautes Études de Défense

1923 (13 juillet) L’École de Guerre recouvre son statut d’établissement d’instruction autonome, placé sous les ordres du Ministre de la Défense nationale. Le Corps d’état-major est supprimé et les officiers qui en font partie sont repris dans leur arme avec la qualité de "breveté d’état-major" (BEM). 2009 La Direction de la Formation Continuée de l’ERM est rebaptisée Collège de Défense. Dans le même temps, le Département Opérations est transféré de la Direction de l’Enseignement Académique vers le Collège de Défense.
1978 L'École de Guerre est transformée en un institut chargé d’assurer, à différents moments de la carrière de l’officier, une formation continuée. Elle devient alors l’Institut Royal Supérieur de Défense (IRSD)